Divers

Chose promise, chose due

Au cours de sa compagne électorale, Emmanuel Macron, a insisté dans son programme sur les avantages concernant les dirigeants d’entreprise surtout les PME. En effet, il a mentionné des mesures économiques qui satisfait les PME comme la baisse de la fiscalité, plafonner le prud’homme, éliminer la discrimination dans les entreprises lors de l’embauche, revoir l’assurance chômage, le fusionnement du CE, les délégués du personnel et le CHSCT et bien sûr la réforme du code du travail pour devenir plus simple et plus souple pour chaque entreprise. Il a insisté sur le caractère prioritaire de cette réforme. Que pensent les syndicats de la réforme de la loi du travail Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, a critiqué le nouveau président qui compte avoir recours aux ordonnances pour reformer la loi du travail. Mais encore, il a souligné que cette réforme ne permettra pas de lutter contre le chômage. Avec toutes les sociétés qui déclarent être en difficultés financières, comme Tati qui est en redresssment judiciaire et géré depuis le début du mois de mai par l’administrateur judiciaire, Philippe martinez a déclaré, s’il y a des reformes qu’il faudra faire, c’est de revoir la loi Macron, en effet les conséquences de cette loi qu’aujourd’hui, les salariés de Tati sont dans une situation qui ne peuvent agir que sur le périmètre de l’entreprise et pas au niveau du groupe. Il faut retirer cette loi qui favorise le fait que les groupes n’assument pas leur responsabilité en cas de restructuration. En effet, même Thomas Hollande, avocat des salariés de l’enseigne Tati, a mis en cause la loi Macron, qui a permis de supprimer l’obligation du groupes ERAM à soutenir l’enseigne Tati, et il demande au nouveau président, de s’investir dans la négociation pour le maintien des emplois de salariés en espérant que la nouvelle ministre du travail se mobilise aussi et met la pression sur le société mère ERAM pour assurer la reprise des salariés des magasins qui ne seront pas repris. Macron commence par la réforme du code du travail Le président nouvellement élu veut agir le plus tôt possible pour reformer le code du travail. « C’est une urgence » comme a mentionné son Premier ministre Edouard Philippe. M. Macron commencera, cette semaine, par rencontrer les principaux représentants des syndicats professionnels et les organisations patronales. Il faut toutefois mentionner que la durée légale du travail, l’égalité entre les employés professionnelle et le salaire minimum étaient des principes intouchables. Une pétition a été lancée contre la réforme que Monsieur Macron a proposée, en dénonçant l’usage de l’ordonnance par le nouveau président pour faire passer rapidement cette réforme. Les salariés se préparent à manifester une deuxième fois, dont les salariés de Tati qui attendent encore le verdict du tribunal de commerce, et de son administrateur judiciaire.          

Lire la suite

Les maladies les plus fréquentes chez les personnes âgées en France

Selon INSEE, en 2060, la France comptera plus de 23.6 millions de personnes de plus de 60 ans. Cette étude menée par INSEE sur la projection de la population française en 2030 et 2050 a pour but de prévenir les besoins futurs de la France. L’allongement de la vie fait que le nombre de personnes atteignant un âge où la menace de développer des maladies chroniques et dégénératives et des incapacités liées aux modes de la vie s’amplifie. Parmi les pathologies les plus fréquentes, touchant les personnes âgées de plus de 60 ans en France, on peut citer : la fracture du col du fémur, l’arthrose, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et surtout la maladie de Parkinson. Fracture du col du fémur Un traumatisme comme une simple chute, surtout pour les personnes âgées de 80 ans peut engendrer la fracture du col de fémur, 48 000 cas en France. En effet, 33 % des personnes de plus 65 ans, tombent une fois au moins. Ce type de fracture est deux fois plus élevé chez les femmes âgées que chez les hommes. Par contre, 20 % des victimes de fracture du col du fémur décèdent dans l’année, alors que 50% gardent des séquelles permanentes, induisant une perte d’autonomie et un besoin d’assistance à domicile. Afin de prévenir contre ce type de fracture, il vaut mieux maintenir une activité physique régulière et une alimentation équilibrée. L’arthrose La maladie articulaire la plus fréquente, surtout au niveau des articulations des mains et des poignets avec celles des hanches et des genoux. C’est la conséquence du cartilage qui ne se régénère moins bien chez les personnes âgées, et qui au fil du temps le cartilage disparait et laisse l’os à nu, ce qui induit des douleurs lorsque le malade est en mouvement. A long terme, cette maladie évolue selon les personnes et provoque très souvent des déformations des articulations des mains et des genoux. Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) Un AVC est provoqué par la rupture, dans le cerveau, d’un vaisseau sanguin causant soit le décès soit des séquelles permanentes sur la capacité de se déplacer ou de voir ou de parler ou causant même une paralysie. L’une des causes de l’AVC est l’hypertension artérielle et le taux de cholestérol élevé. Parkinson C’est la maladie la plus courante des pathologies neurodégénératives, et qui est pour le moment incurable, elle touche plus les hommes (55 %) que les femmes (45 %). Cette pathologie causée par la perte de cellules neuronales dans la substance noire, une partie du cerveau. Ces cellules sont le siège de la production de la dopamine, un médiateur de l’influx nerveux. La diminution de la dopamine entraine l’apparition de tremblement des membres, une lenteur des mouvements et des troubles du sommeil. Prévenir pour mieux guérir Pour vieillir sereinement, sans penser à tous les problèmes financiers que peut engendrer la fragilisation d’une personne à un âge plus avancé, mieux vaut penser à souscrire à une compagnie de prévoyance (Filiassur, AGPM, CNP…) soit pour une assurance de garantie d’hospitalisation, soit pour une assurance d’autonomie. L’assurance hospitalisation, permettra de prendre en charge tous les frais d’hospitalisation en cas d’accident ou de maladie, par versement d’une somme pouvant atteindre 200 € par jour que l’assuré peut l’utiliser selon son gré. Ces indemnités sont, bien sûres, cumulables avec les prestations de la sécurité sociale et avec celle de la mutuelle santé. Pour l’assurance autonomie, comme celle proposée par Filiassur assurance, grâce à une cotisation de 5 € à un âge entre 40 et 75 ans, l’assuré recevra une indemnité sous forme de capital pouvant atteindre 20.000 €. Ces deux assurances peuvent permettre aux personnes âgées de couvrir tous leurs frais liés aux soins médicaux que ce soit à l’hôpital ou à domicile.


Les nouveaux modes de transmission médiatique

On parle bien évidemment des réseaux sociaux et de leur implication dans la vie quotidienne. S’il existe un réseau social qui a révolutionné l’univers des médias, c’est bien twitter. Mais comment quelques messages de 144 caractères peuvent-ils modifier la façon de travailler un journaliste et de devenir un canal de communication à part entière même pour les journalistes les plus prospères ? Que pensent les journalistes des réseaux sociaux ? Nous nous adressons à une des journalistes phares de la télévision française, Madame Audrey Crespo-Mara pour nous expliquer l’importance de sa présence sur twitter et quel intérêt pour les journalistes. L’important c’est la façon de récolter l’information et la manière de diffuser pour le public. La présence d’un journaliste sur twitter lui sert en quelque sorte de revue de presse et d’avoir un œil sur toutes les actualités sont pour autant partir à leur recherche. Ma présence sur twitter me permet à la fois d’être plus proche des internautes, qui à la base me suivre pour avoir de mes nouvelles et suivre de près les actualités et de bien capter les choses en temps réel. Ce que j’aime dans la Twittosphère c’est cette interactivité en temps réel avec mes suiveurs et cette capacité et récolter autant d’information. » Explique la journaliste et l’animatrice de LCI Audrey Crespo-Mara. Thomas Wieder et les réseaux sociaux  Pour Thomas Wieder, le journaliste de renom collaborant avec le monde, Twitter est un espace libre qui permet d’écrire et de m’exprimer librement. Avec près de 300 milles d’abonnés et 24,2k de tweets, Thomas Wieder figure parmi la liste des journalistes les plus présents sur twitter. « En tant que conseiller de François Hollande, je suis chargé de l’accompagner et de suivre chacune des informations relatives à sa campagne, son programme et sa réputation. Donc je ne manque pas de communiquer les essentiels de ses discours, ses initiatives…je me sers notamment de twitter pour faire des lives tweet de ses discours en temps réel et j’en sers à un deuxième niveau pour soit la promotion de mes articles et ceux de mes confrères que je trouve intéressants ce qu’on appelle du Teasing. » Développe le journaliste du monde et le charge de la communication de François Hollande. Arrivé en 2006, cette plateforme est devenue en moins de 5 ans le lieu de tous les scoops et le rendez-vous de tous les initiés de la culture et des actualités de la société.              


Philippe Poutou, est désormais la star du web et des réseaux sociaux

L’ouvrier, syndicaliste et le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) aux élections présidentielles 2017, qui animait le plateau du Grand Débat de lundi dernier ne ratait aucunes occasions pour contrarier ses adversaires. Jugé d’avoir visé durement le candidat du parti Les Républicains à l’élection présidentielle 2017, le syndicaliste et homme politique d’extrême gauche Philippe Poutou, a absolument attaqué rudement son adversaire de parti LR (Les Républicains) lors du Grand Débat, enfin c’est que montrent les résultats des sondages. « François Fillon, plus on fouille plus on sent la corruption, la triche, ce sont des bonhommes qui nous expliquent qu’il faut la rigueur, l’austérité alors qu’ils piquent dans les caisses », a dénoncé Philippe Poutou. Inversement à François Fillon, Poutou arrive à mettre de l’argent de côté  Voulant toujours, vexer Fillon qui avait affirmé qu’il ne met pas de l’argent de côté, Philippe Poutou a confirmé lundi dernier qu’il met de l’argent de côté en disant « Oui, j’arrive à mettre un peu de côté. Un peu plus que François Fillon manifestement. Et je gagne qu’un peu plus de 2000 euros par mois » Le candidat du NPA s’est montré agressant en attaquant l’ex-Premier ministre qui affirmait une semaine plus tôt lors d’une interview télévisée qu’il « n’arrive pas à mettre de l’argent de côté » malgré les biens qu’il possède et son « bon revenu ». Un simple salarié chez Ford avec un revenu beaucoup moins intéressant que celui de François Fillon, le syndicaliste et l’homme politique d’extrême gauche représentant le parti anticapitaliste (NPA) aux élections présidentielles de 2017, Philippe Poutou estime que son salaire lui permet de vivre confortablement et c’est ce qui lui a fait penser de « revoir les salaires de retraiter et de les augmenter davantage ». « Bien sûr, il m’arrive de mettre de l’argent de côté »  « Bien que je suis payé un peu plus que Fillon. Pas très intéressant mais j’ai su quand même économiser près 2.000 euros par mois. Et c’est effectivement l’un des plus gros avantages qu’offrent les grosses entreprises industrielles en France. Les salaires offerts aux salariés des grandes entreprises sont toujours un peu plus élevés que ceux des employés des petites et moyennes entreprises. » Eclaircit l’ouvrier, syndicaliste et le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste Lors de la même interview qui a eu lieu à quelques jours avant la date des élections présidentielles 2017, Philippe Poutou a également déclaré qu’il était venu avec des antisèches lors du débat qui a opposé les onze candidats.    


Le leader de la restauration collective poursuit ses emplettes en s’installant en Inde

Implanté dans une quinzaine de pays dispersés dans les 4 coins du monde, Elior Group est devenu une référence incontournable dans l’univers de restauration collective, des services alimentations et de la concession. N°1 en France et le troisième en Europe, le leader de la restauration des entreprises confirme l’ouverture de son implantation sur le marché Indien. En constante évolution depuis un bon moment, le groupe de la restauration dirigé par le PDG Philippe Salle et l’ex directeur de cabinet de ministre de PME a dernièrement fait son entrée sur le marché indien. « Nous avons promis de nous installer dans divers pays émergents et de faire profiter nos convives dans le monde entier de nos délices. L’implantation d’Elior Group sur le marché Indien s’inscrit dans notre plan stratégique 2016-202. » Déclare  le responsable de développement de l’entreprise. Après avoir racheter MegaBite Food Services et CRCL, Elior Group décide de donner forme à sa nouvelle filiale indienne nommée Elior India, qui regroupe près de 4.000 de collaborateurs sert 150.000 de convives de tout âge et palais. Elior s’invite dans les cantines d’entreprises en Inde Récemment, l’entreprise internationale experte de la restauration collective et commerciale a confirmé l’ouverture de sa filiale indienne et sa collaboration avec plusieurs établissements publics et privés en Inde. Parmi les entreprises collaborant avec le groupe Elior nous citons, RCL qui est une icône incontournable de la restauration collective en Inde et qui suggère des millions de repas par jour servi par 3.000 d’employés. Reconnu par la qualité de ses mets et la supériorité de ses services, Elior Group a signé un contrat de partenariat avec le leader de la restauration collective des entreprise MegaBite Food Services. Depuis une quinzaine d’années, MegaBite Food Services, sert avec professionnalisme et beaucoup d’expertise près de 30.000 de repas par jour et fait plaisir à une clientèle large et diversifiée : entreprises privées, écoles, instituts publics… « Ces partenariats avec les meilleurs acteurs de la restauration collective en Inde nous permettront de devenir rayonner sur le marché indien de la restauration collective », déclare le PDG Philippe Salle, lors d’une conférence de presse. En effet, Elior Group, qui emploie 108.000 collaborateurs, a enregistré un chiffre d’affaires notable de 1,5 milliard d’euros durant ces 3 derniers mois. « Nous notons une croissance considérable de 3,3% grâce à ses nouveaux plans d’internalisation. » Affirme M. Capliez, le responsable de développement et des stratégies commerciales d’Elior.  


Comment réussir la reprise d’une entreprise ?

Tous les patrons d’entreprise ne sont pas des systématiquement des entrepreneurs, mais ils peuvent être également des repreneurs d’entreprise. En effet, la reprise d’une société en activité ou difficulté est un processus différent de celui de la création d’une nouvelle entité vu la délicatesse de la situation auprès du personnel, du management et des partenaires de l’entreprise. Cependant, de nombreuses personnes ont réussi ce coup à l’instar du PDG qui a repris la société d’Acteon et réussi à augmenter son chiffre d’affaires. Etant donné ces difficultés, voici quelques conseils pour simplifier cette opération. L’analyse des opportunités du marché Prendre le train en marche est quasiment le plus délicat processus entreprenariat qui existe. La prise de conscience des difficultés de la reprise d’une entreprise est essentielle pour réussir le coup. Tout d’abord, l’acquéreur doit analyser le marché et identifier les opportunités qui existent dans le secteur d’activité qu’il maitrise. En reprenant Acteon, le PDG s’est aventurée dans l’industrie pharmaceutique et médicale, un domaine qu’elle maitrise à cœur. Faut commencer alors par la réalisation d’un diagnostic global du marché afin de comprendre ses caractéristiques, ses contraintes et les opportunités qu’il génère. Une étude de marché efficace peut éclaircir sur les conditions et les risques potentiels d’un secteur d’activité sur l’autre et orienter l’acquéreur vers une cible bien précise. S’entourer des meilleurs éléments Le plus dur à faire dans une reprise d’entreprise, c’est de s’offrir un entourage qui facilite la tâche. Dans ce cas, il est fortement recommandé de faire appel à des experts en audit pour faire le bilan complet de l’entreprise à reprendre. Cette étape servira de base pour éditer un business plan cohérent. Comme dans la création d’une nouvelle entreprise, l’édition d’un business plan est une étape clé qui sert à identifier les différentes lignes du montage financier nécessaire, les dépenses et recettes prévisionnelles et la stratégie vers laquelle l’entreprise devra s’orienter. L’entourage comprend également les salariés et les partenaires de l’entreprise reprise. Il s’agit du point le plus déterminant de la réussite de la continuité et l’amélioration de l’activité. Avoir un nouveau patron qui arrive risque de créer un malaise auprès du personnel, notamment lorsque l’ancien propriétaire était bien apprécié. Le nouveau dirigeant devra vite annoncer ses couleurs et sentir la confiance de ses salariés. De même pour les partenaires de la société qui peuvent prendre du recul quant à leur engagement avec l’entreprise, le temps d’évaluer la situation avec le nouveau bureau et propriétaire.


Que fait l’administrateur judiciaire dans le cadre du redressement judiciaire ?

Dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire contre une entreprise quelconque, le tribunal désigne un administrateur judiciaire, comme le fait Philippe Jeannerot, pour se charger du dossier dans le but d’aider les dirigeants de l’entreprise à identifier les solutions les plus pertinentes qui leur permettent de redresser la barre. Ainsi, ce dernier aura pour charges une parmi ses deux différentes missions : Assister les dirigeants de l’entreprise en redressement Etant le cas le plus fréquent, l’administrateur judiciaire commencera généralement son intervention auprès de l’entreprise en redressement par une simple assistance à sa direction. Ainsi, il aura pour charge de veiller sur le respect de toutes les obligations et engagements légaux du chef de l’entreprise, assister et aider les dirigeants à prendre les décisions générales et stratégiques. Même dans une optique d’assistance et de suivi, la responsabilité de l’administrateur vis-à-vis le tribunal est engagée. Prendre la place de la direction Etant un expert du métier, l’administrateur judiciaire Philippe Jeannerot confirme que le cas où son intervention nécessite la prise du contrôle total de l’entreprise reste rare. Dans ce cas de figure, les dirigeants de l’entreprise seront écartés et ne peuvent intervenir que pour des actes courants de gestion sous la demande de l’administrateur. Ce dernier aura ensuite l’obligation d’informer le tribunal de la situation du débiteur. En prenant la place de la direction, pendant la période d’observation, l’administrateur cherchera à garantir l’équilibre de l’exploitation pour essayer d’en tirer des bénéfices capables de rembourser une ou la totalité du passif sur toute la période, estimée à 10 ans au maximum. Cependant, il doit rédiger un rapport et l’adresser au tribunal après deux mois du jugement d’ouverture pour lui renseigner sur les capacités financières du débiteur. Le tribunal décidera s’il prononcera un plan de redressement ou une liquidation judiciaire en fonction de ce rapport et les offres de cession qu’il va recevoir. Fin de la mission La mission de l’administrateur judiciaire prend fin généralement sur une décision du tribunal. Si le débiteur aura droit à un plan de redressement, le juge-commissaire peut nommer l’administrateur comme chargé du dossier. Dans le cas où il y aura une cession, l’administrateur sera chargé de la réception des offres de reprise et la réalisation de la vente. Si l’entreprise sera liquidée, la mission de l’administrateur prendra fin à la date du prononcé du jugement en adressant un compte-rendu au tribunal.


Un concert mexicain à Casablanca et Rabat

Pour clôturer en beauté son programme culturel de l’année 2016, l’ambassade du Mexique au Maroc vient de célébrer avec le concert « Deux Dallas », un concert inédit. Une soirée musicale à la sauce mexicaine de quoi permettre aux marocains de découvrir la culture de ce pays latin et de vivre un beau moment de folie avec les rythmes de la guitare et de harpe.  Durant deux nuits successives, à Casablanca puis à Rabat, les deux artistes Gerardo Tamez et Mercedes Gomez Benet ont offert au public de joyeux moments. Les « Deux Dallas » dans deux villes Le concert « Deux Dallas » émane d’une incitative commune entre l’Orchestre philharmonique du Maroc et l’ambassade du Mexique au Maroc. Le but est de clôturer à la belle manière la saison culturelle de l’ambassade au Royaume en proposant au public une création musicale nationale et contemporaine. Le compositeur mexicain Gerardo Tamez et la harpiste mexicaine Mercedes Gomez Benet ont animé alors un concert le 24 novembre à Casablanca et une autre soirée le 25 novembre dernier à Rabat. Quant au compositeur, il s’agit d’une figure de proue sur la scène musicale mexicaine. Un artiste très doué avec la guitare qui propose des compositions traditionnelles considérées parmi les plus réussies au Mexique. Pour sa part, la harpiste Mercedes Benet est un professeur titulaire de harpe dans le Conservatoire national de musique au Mexique. Du côté de l’Orchestre philharmonique marocain, il accompagnera les deux artistes par un quintette à cordes. Une saison culturelle pleine Pour l’ambassade du Mexique au Maroc, il s’agit du dernier concert de l’année pour clôturer un programme culturel qui a enrichi la scène culturelle marocaine. En effet, l’organe diplomatique mexicain a déjà fait parler de lui durant le Festival Mawazine, que Mounir Majidi président de l’association Maroc Cultures se charge de gérer, avec le concert de Paco Renteria. Le show a été aussi créé par l’exposition de peintures murales et la caravane de rue qui s’est déroulée à la ville de Safi. Le programme 2016 de l’ambassade mexicaine ne s’est pas limité à ces quelques événements. Le cinéma mexicain a été à l’honneur du Festival latino-américain de l’Institut Cervantès de Rabat. Une exposition de l’architecture locale a été tenue également à la Villa des arts de Rabat. Les marocains ont eu droit à des expositions purement latines qui ont concernées toutes les styles et générations.  


Optic 2000 lutte contre le vieillissement des yeux

  Leader de la distribution d’optique en France et regroupant 1200 opticiens qualifiés, la coopérative dirigée par Didier Papaz est en constante recherche de nouvelles solutions pour la meilleure vision de ses clients. « Vue et audition des +50 ans au travail », la nouvelle campagne d’Optic 2000  Sensible au mieux-être des séniors et à leur santé visuelle, et dans le but de prévenir les effets du vieillissement sur la vision, Optic 2000 lance une nouvelle étude analysant l’état des yeux des personnes actives ayant passé 50 et plus au travail. Après avoir interrogé une quarantaine de personnes âgées, Optic 2000 constate que les actifs passent énormément de temps devant les écrans ce qui nuit la santé de leur vision. Les lumières des ordinateurs, la forte concentration durant la journée et les efforts que fait l’œil fatiguent petit à petit les yeux et impactent la santé visuelle. La même étude menée par l’entreprise d’optique gérée par Didier Papaz, montre que ¼ des sondés portent des lentilles et des lunettes inadaptés à leur vue et que la moitié avoue avoir des troubles visuels même en portants les lunettes. « Les analyses et les chiffres que nous obtenons prouvent que troubles visuels ne sont pas toujours bien corrigés et que les personnes porteuses de lunettes de contact oublient de vérifier l’adaptation de leurs lunettes à leurs troubles. » Explique Yves Guenin, le secrétaire général du groupe Optic 2000. Les bonnes pratiques et le bien-être au travail contribuent à la protection de la santé visuelle  Les personnes actives souffrantes de problèmes de yeux estiment que leurs troubles sont dus au vieillissement, les experts d’Optic 2000 affirment que les conditions de la vie professionnelle, les mauvaises habitudes et les difficultés liés au travail ont une forte influence sur la santé visuelle. Certes l’âge impacte les yeux mais les écrans au travail sont les principaux facteurs des troubles des yeux. Pour faire face à cet énorme problème, L’Observatoire de la santé visuelle et auditive propose quelques améliorations à apporter sur le lieu de travail à savoir : Changer la qualité d’éclairage Imposer des pauses toutes les 60 minutes Mettre en place des écrans de bonne qualité Faire des contrôles visuels tous les 6 mois… Ayant pour vocation de soigner les troubles visuels et diffuser les bonnes pratiques auprès du grand public et aussi d’attirer leur attention sur les raisons susceptibles d’impacter leur vision et audition, Optic 2000 ne cesse de lancer des campagnes de ce genre.


Les dirigeants d’entreprises sont le maillon faible des entreprises en difficulté

    Parmi les raisons qui font une entreprise en difficulté, il y a le manque de l’implication des dirigeants quand ils commencent à avoir en 40 et 60 ans est qu’ils sont arrivés au sommet et que leurs entreprises sont installées, ils deviennent un peu moins agressifs, un peu moins impliqué et ne suivent pas les évolutions. Ils décrochent et là, c’est l’accident. Il y a également la concurrence qui peut être plus agressif plus dynamique et qui vont beaucoup plus vite. Ils prennent les nouvelles parts du marché ou ils prennent ceux des sociétés installées. investissement et retournement d’entreprise Il y a plus de 270 société de gestion en France comme par exemple Alandia dirigé par Nicolas de Germay. C’est société font de l’investissement. Ils investissent leurs capitaux pour développer la naissance des entreprises et ça s’appelle le capital-investissement Start-up, il y a le capital-développement qui va vers la maturité des sociétés. Il y a également une autre classe d’actifs qui est le capital-retournement, malheureusement, il n’y en a pas assez en France et Alandia fait partie de ces rarissimes sociétés de retournement d’entreprises. Il y a 10 sociétés de gestion sur 270 qui font du retournement. intéressant mais risqué L’objectif de ces investissements est plus compliqué, c’est plus risqué, mais le retournement peut être très intéressant. Pour cela, il faut des femmes et des hommes avec une certaine expérience, avoir plus de 40 ans, avoir vécu en entreprise et être expérimenté dans une gestion fine de l’entreprise. Investir en Capital-retournement, c’est mettre de l’argent pour essaye de sauver un maximum de salarié de manière profitable et durable. Le levier est beaucoup plus important que dans le capital-investissement classique sauf que c’est beaucoup plus risqué.