France

Les réseaux sociaux, un outil avantageux pour les hommes politiques !

  A notre temps et à l’ère numérique, les réseaux sociaux prennent une part importante dans notre quotidien. Les internautes utilisent les réseaux sociaux pour des fins multiples, il y a ceux qui se servent des réseaux sociaux pour être toujours à la page, d’autres l’utilisent pour échanger avec des proches et il y a ceux qui l’adoptent pour des fins profitables : financières, économiques, culturelles… Les réseaux sociaux attirent de plus en plus des adeptes et des initiés à l’actualité et aux tendances numériques. Avec 700 millions d’utilisateurs de Facebook, 343 millions de comptes Google+, et 288 millions de tweeters, les réseaux sociaux deviennent un phénomène social et une véritable tendance.   Les réseaux sociaux, un nouveau modèle politique Les hommes politiques n’échappent pas à cette expansion fulgurante des réseaux sociaux. On voit de plus en plus des politiciens joindre les réseaux sociaux et s’impliquer dans ce phénomène social. Les politiciens d’aujourd’hui font de Facebook, Tweeter et des autres réseaux sociaux un moyen pour divulguer leurs programmes et pour s’approcher le mieux de leurs électeurs. On remarque un nombre croissant de personnalités politiques se mettre aux réseaux sociaux et s’intégrer dans cette sphère sociale. François Fillon, le candidat LR à la présidentielle est le meilleur exemple. Accusé d’avoir raté sa campagne électorale, Fillon avait fait appel une pro de la communication qui avait apparemment transformé son sort. Anne Méaux, la grande prêtresse de la communication d’entreprise, et l’experte en conseil stratégique est devenue incontournable dans le paysage économique et politique national. Très proche de François Fillon, Anne Méaux n’a pas hésité d’aider ce dernier à parfaire sa campagne électorale et à revoir toute sa stratégie. Elle a misé dans sa stratégie de communication sur l’utilisation de ces réseaux et veillé à ce que Fillon soit présent sur tous les réseaux sociaux et plus proches de ses électeurs.   L’importance des réseaux sociaux dans la campagne fillonaise  Aujourd’hui, Fillon est présent sur presque tous les réseaux sociaux mêmes sur ceux qui sont dédiés à des communautés spécifiques comme Instagram. Avec 385k d’abonnées, 15,3k de Tweets et 7 394 abonnés sur Instagram, Fillon est l’homme politique le plus dominant sur les réseaux sociaux et le plus proches des Français. Convaincu de l’importance des réseaux sociaux dans le quotidien des jeunes et des moins jeunes, le candidat du parti Les Républicains pour la présidentielle 2017, a fait ses derniers une place immense Avec un profil toujours mis à jour et une fréquence de publication bien étudiée, le twitter de Fillon est devenu une véritable image de son programme et de ses intérêts. Sur le twitter de François Fillon, on trouve différents contenus allant d’un statut de sensibilisation à post de soutien, ou encore des rencontres intéressantes, en passant par les vidéos de ses passages dans les médias. Être présent sur les réseaux sociaux, permet au candidat à la Primaire de la droite et du centre de donner une image plus branchée et surtout rassurante et d’être plus proches de ses électeurs.   Inscrivez-vous dès maintenant au grand meeting parisien de @FrancoisFillon le 29 janvier : https://t.co/8PkrukkACT #FillonPresident pic.twitter.com/BwTjMAbkkQ — Murat #FF2017 (@sMurat_92) 13 janvier 2017

Lire la suite

Le burnout et l’impact des antidépresseurs  

Le syndrome d’épuisement professionnel, est souvent défini comme étant un processus relatif à l’environnement de travail. L’ensemble des salariés, de l’entreprise sont exposés aux risques du burnout, qui peut être issu d’un sur engagement et de l’augmentation du stress sur l’environnement professionnel. La prise en charge de cette maladie, consiste en une thérapie psychanalytique, appuyée par une thérapie médicamenteuse à base d’antidépresseurs. Le burnout, les causes et les symptômes Généralement, ce syndrome touche les personnes qui ont une forte implication à l’égard de leur travail. Exposées à un stress répété, et un manque de gratification, ces personnes s’impliquent à fond, dans leur travail, avant de craquer. Il est reconnu, que le stress professionnel, impacte la santé et le système cardiovasculaire chez les salariés. Au bout d’un certain moment, les personnes exposées à ce risque, ne peuvent plus gérer la pression et les tensions de l’environnement professionnel. « Le burn-out comporte des éléments dépressifs, associés à trois dimensions : un épuisement émotionnel qui entraîne un sentiment de vide intérieur, où on ne ressent plus rien de plaisant, La motivation professionnelle antérieure disparaît. Ensuite, une sorte de dépersonnalisation s’opère. Les personnes n’ont plus les mêmes affects qu’avant envers leurs collègues : elles se mettent dans une bulle, comme à distance de leur environnement, alors qu’elles y sont plongées. », confirme Charles-Siegfried Peretti, le chef du service psychiatrique, à Saint-Antoine, Paris. Souvent les signes du burnout, sont ignorés par les personnes qui en souffrent, ils pensent que c’est un état passager. Mais il est question de s’inquiéter si les personnes concernées commencent à exprimer une tristesse, une fatigue excessive, des troubles de sommeil, des troubles digestifs, une mauvaise hygiène de vie et d’autres troubles (cognitifs et comportementaux). A cet instant, l’intervention médicale, est nécessaire. Les médecins, commencent leur plan de traitement, en recommandant à leurs patients de prendre une certaine distance par rapport à leur activité professionnelle. Ensuite, il recommande des séances de psychanalyse et un traitement basé sur les antidépresseurs. L’efficacité des antidépresseurs Le syndrome de l’épuisement professionnel, continue à justifier la prescription des antidépresseurs pour des milliers d’employés. Le psychiatre Florian Ferri, s’est exprimé sur le recours aux antidépresseurs et aux anxiolytiques, pour traiter les symptômes de burnout, pour dire que Le burn-out « est une pathologie plutôt anxieuse. Classiquement on a un gros stress, un épuisement professionnel. Ce stress entraîne des conséquences physiologiques et sur le sommeil, et on est moins bien. Il faut donc d’abord se reposer et parfois les traitements anxiolytiques peuvent suffire, si cela s’accompagne d’une réflexion sur l’organisation de son fonctionnement au travail et de son mode de vie. Il pense également, que le burnout est un syndrome qui peut être traitée en imposant le repos aux personnes concernées et en appliquant un traitement à base d’anxiolytiques. Mais le développement de ce syndrome en dépression, nécessite l’administration des antidépresseurs qui doivent être pris sous la supervision du médecin traitant, comme l’indique Marie-Laure Pochon, une spécialiste dans le domaine pharmaceutique. Marie-Laure Pochon, a occupé le poste de vice-présidente du groupe Lundbeck, elle a cherché à pousser la stratégie du groupe danois vers l’amélioration de l’offre.  


Cyril Hanouna se lance dans un autre Défi

Après avoir inscrit son nom dans le Guinness record Book, avec le défi des 35 heures d’antenne, non-stop, Cyril Hanouna veut produire sa propre version de Koh-Lanta. « Un défi remporté » Il y’a une semaine que l’homme qui a reçu un gros chèque de Stéphane Courbit, a occupé l’antenne pendant 35 heures, consécutives et en direct sur C8. Ce happening qui s’est déroulé du 13 au 14 Octobre a attiré plus de 14 millions de téléspectateurs qui ont regardé au moins une fois les émissions du « 35h de Baba ». Un autre succès qui s’ajoute au compte de Cyril Hanouna, qui a battu le record français, tenu par Arthur sur Europe 2. Mais le trublion du PAF, ne veut pas se limiter au record français, il cherche maintenant à battre le record du monde, réalisé par le Népalais Rabi Lamichane, qui a tenu 62 heures dans une interview diffusée sur la chaîne News 24 TV. Un défi de taille, pour le roi de C8. « Ne croyez pas si bien dire, je pense qu’on va le faire un jour. Je ne sais pas quand mais on va le faire. 64 heures !», a répondu le présentateur vedette de la chaine C8. », a lancé Baba à sa joyeuse Bande. « Koh-Lanta avec nos règles » Dans l’émission du 18 Octobre, qui a commencé par un échange tendu entre Cyril Hanouna et Mattieu Delormeau. Le trublion du PAF a invité ses chroniqueurs à donner leur avis sur la reprise de Jean-Marc Morandini, sur la chaine i télé. Géraldine Maillet, regrette cette décision en lançant « On ne parle que de sa présomption à lui. On ne parle pas des présumées victimes. Qu’est-ce que ça leur fait de le voir tous les soirs à la télé ? ». Par la suite la bande de Baba, a enchainé sur la dernière saison de Koh-lanta, diffusée sur TF1. Sous la surprise des chroniqueurs, Le patron de TPMP, annonce « Je vous le dis, on va faire notre Koh-Lanta, avec nos règles, avec nos épreuves, je serai votre Denis Brogniart et, les chéris, on va tous partir à l’île Maurice et aux Seychelles, toute l’équipe, pour faire notre Koh-Lanta. C’est vrai, je vous le jure que c’est vrai ! Ce n’est pas une vanne, c’est en train de se négocier, là. C’est bon, on va partir à l’île Maurice et aux Seychelles. », en ajoutant « On fera des épreuves et on désignera le meilleur aventurier de ‘Touche pas à mon poste’. Ce sera un prime spécial, je vous le dis ce sera aux alentours de mars-avril. » Pour ce numéro, le talkshow produit par H2O (qui appartient au groupe géré par l’homme d’affaires Stéphane Courbit) a attiré 1,44 million de téléspectateurs.